Vignoble fleuri et vin biologique

2018
Biodiversité locale : gestion et suivi
Ribeauvillé
Communes de 2000 à 20000 habitants

Organisme/institution en charge de la mise en œuvre : : la ville de Ribeauvillé
Services de la collectivité associés : Service espaces verts ; Service biodiversité ; Police rurale
Budget : 10 000 € (soit 1 300 € /ha)
Partenaires financiers : Syndicat viticole ; Société des eaux CAROLA ; Viticulteurs concernés ; Chambre d’Agriculture du Haut-Rhin (68)
Partenaires techniques : Société NUNGESSER ; Institut national de la recherche agronomique (INRA)
Date de début du projet : 01/09/2017


OBJECTIFS
La production de vin biologique a pour but de favoriser le maintien de la biodiversité dans un milieu agricole en monoculture qu’est le vignoble. La création de vignobles fleuris fait suite à plusieurs études et projets déjà menés localement : politique d’acquisition foncière d’espaces de transition entre vignes et forêt, installation de nichoirs à rapaces, confusion sexuelle des insectes par phéromones pour éviter les insecticides, promotion de la biodynamie auprès des viticulteurs… Aujourd’hui, 25 % des vignobles de Ribeauvillé sont en biodynamie et essayent de se positionner ainsi en fer de lance du vin bio en Alsace. La dynamique est déjà engagée notamment avec les jeunes viticulteurs qui arrivent en reprise d’exploitation.

 

MESURES MISES EN ŒUVRE
En partenariat avec le syndicat viticole, la société CAROLA, l’INRA et la Chambre d’Agriculture du Haut-Rhin dans le cadre du projet « Biodiversité », la commission « Environnement » de la ville de Ribeauvillé a contribué au développement de semences de plantes locales mellifères, issues du bassin Rhénan, pour fleurir les inter-rangs des vignobles. Ensuite, un mélange à semer a été développé par la société NUNGESSER avec l’appui de l’INRA.
Une expérimentation sur environ 10 ha a été réalisée en 2017. Les semis ont été dispersés au mois d’octobre sur un vignoble constitué de grands crus mais également sur une zone de protection liée au captage d’eau.

 

RÉSULTATS/IMPACT POUR LA BIODIVERSITÉ
Suite à cette expérimentation, de nouvelles techniques de gestion et de suivi en faveur de la biodiversité ont été mises en place :

  • réduction du nombre de fauches à 3 par an ;
  • deux floraisons par an, dont une tardive répondant à un déficit de pollen identifié à la mi-août ;
  • suivi trimestriel des exploitations par des analyses de pollen (nature du pollen - polluants…) ;
  • suivi et inventaires faune/flore par l’INRA.

Contacts :
David FESSELET, directeur général des services
dgs@ribeauville.fr

Gilles OEHLER, conseiller municipal délégué en charge du projet
oehler.gilles@neuf.fr