Restauration écologique des prairies de la Sèvre nantaise

  • 2012
  • Biodiversité locale : gestion et suivi
Rezé (Loire-Atlantique)
  • Communes de 20001 à 100000 habitants

Structure chargée de la mise en oeuvre : Association Bretagne Vivante SEPNB et Ville de Rezé (service Espaces verts et Environnement – mission Paysage et environnement)
Partenaires : M. Batard, exploitant agricole sur la commune voisine de Pont-Saint-Martin
Budget : 6 000 € par an
Date de l’action : Action récurrente
Contact : Émilie Rossa, chargée de mission Paysage et Environnement 02 40 84 42 18 emilie.rossa (at) mairie-reze.fr


Cette action vise à adapter la gestion des espaces naturels de la commune à l'écologie des espèces animales et végétales présentes sur son territoire, et à mettre en oeuvre des programmes de gestion conciliant les intérêts écologiques et les fonctions récréatives.

Dès 1982, la Ville a acquis 17,5 hectares de prairies et les a aménagés en parc urbain. En 2001, un inventaire floristique et faunistique du site des prairies de Sèvre a été menée et le potentiel écologique du site a été identifié. Il a par la suite été décidé de restaurer le site pour retrouver les fonctionnalités écologique d'une palette d'habitats humides (prairies, boisements humides, mares). Depuis 2001, des suivis faune et flore annuels systématiques des pairies de Sèvre sont effectués par l'association naturaliste Bretagne Vivante SEPNB. En partenariat avec un exploitant agricole, les prairies de Sèvre sont gérées de façon extensive (pâturage, fenaison) depuis 2002. Un plan de gestion annuel itératif est défini en fonction des suivis faune/flore : les secteurs à ne pas faucher et à faucher une ou deux fois par an sont déplacés chaque année pour contenir la dominance de la Baldingère et préserver les zones refuges pour les orthoptères.

Les arbres d'essences exogènes (saules pleureurs, chênes rouges) ont été progressivement remplacés par des essences locales (frênes, saules), et la taille en têtard des frênes a été reprise.

Le service des Espaces verts a acquis des compétences techniques pour assurer l'entretien des berges abritant l'Angélique des estuaires et la taille en têtards de vieux arbres. Un dépliant sur les prairies de Sèvre a été publié et des visites sont animées auprès des scolaires et du grand public pour présenter les milieux naturels et les méthodes de gestion, en soulignant le rôle des zones humides.

Alors que les prairies étaient précédemment dominées par la Baldingère, qui, sans être invasive, empêchait l'expression d'autres espèces végétales, les mesures de gestion mises en place ont été validées par les inventaires floristiques qui démontrent à présent une diversification des espèces végétales. Une mare a aussi été creusée en 2002. Elle a rapidement été colonisée par la végétation, les insectes inféodés aux milieux humides et les amphibiens. Ses berges abritent à présent le Trèfle de Micheli, qui fait l’objet d’une protection régionale.