Pastoralisme sur des parcelles Natura 2000

2018
Biodiversité locale : gestion et suivi
Communauté de communes Sud Côte Chalonnaise
Intercommunalités

Organisme/institution en charge de la mise en œuvre : la Communauté de communes Sud Côte Chalonnaise
Services de la collectivité associés : Service Natura 2000
Budget : 36 352 € (animation Natura 2000 pour 2018)
Partenaires financiers : Europe (à 53 % via fonds FEADER) ; État (à 47 %)
Partenaires techniques : Conservatoire des Espaces Naturels de Bourgogne (CENB) ; Communes de Burnand ; Culles-les-Roches ; Montagny-les-Buxy ; Saint-Gengoux-le-National ; Saules
Date de début du proje : 01/01/2018


OBJECTIFS
En Bourgogne-Franche-Comté, les pelouses calcaires auraient régressé de plus de 80 % depuis les années 1990 : non adaptées aux pratiques modernes intensives, elles ont été pour la plupart abandonnées ou converties en culture. Or, les pelouses calcicoles abritent une flore et une faune spécifique qui fait de cet écosystème une priorité de conservation dans le cadre de Natura 2000. En plus de préserver ses pelouses calcicoles appartenant au réseau Natura 2000, la communauté de communes Sud Côte Chalonnaise voulait soutenir l’activité agricole locale et durable (agriculteur bio, pratiques de pastoralisme, race en voie de disparition). Les objectifs suivis par la collectivité étaient les suivants :

  • remettre en pâturage des parcelles de pelouses abandonnées car non propices à l’exploitation (pente, absence de clôtures et d’eau), ou par incompatibilité avec les techniques agricoles modernes de la région ;
  • conserver et préserver la biodiversité spécifique des pelouses calcaires (parcelles enfrichées ou en cours d’enfrichement) par la restauration et l’entretien via le pâturage ;
  • sensibiliser les habitants à la biodiversité de leur commune et accompagner l’évolution des pratiques de loisirs nécessaires pour la cohabitation avec le pâturage ;
  • conserver une trame cohérente de pelouses calcaires sur la côte chalonnaise en évitant de perdre des entités de pelouses.

MESURES MISES EN ŒUVRE
Sur les entités enfrichées, un broyage partiel de la végétation a été ou sera réalisé pour restaurer les pelouses (composées entre 10 à 30 % de buissons et d’arbres et entre 70 à 90 % de pelouse), pour ce faire :

  • l’entité de Culles-les-Roches, envahie par des buis attaqués par la Pyrale du buis (Cydalima perspectalis),
  • a été broyée en grande partie pour retrouver un milieu ouvert ;
  • l’entité de Saule, caractérisée par une couche épaisse de litière végétale due à l’abandon depuis quelques années ainsi que l’installation de l’Épine noire, a été pâturée puis broyée pour retrouver une végétation herbacée classique des pelouses calcaires ;
  • l’entité du Mont Saint-Roch (sur Burnand et Saint-Gengoux-le-National) est plus complexe et fera l’objet de différentes gestions selon les sites.

Des baux d’une durée de 5 ans ont été conclus entre le berger et les communes de Burnand, Saint-Gengoux- le-National, Culles-les-Roches et Saules. Ces baux incluent des clauses environnementales pour le maintien de la biodiversité. Le pâturage est effectué par des brebis aïoles, race rustique du sud de la France. C’est un pâturage tournant : des troupeaux de brebis (200 à 300 bêtes) pâturent sur de petites surfaces, sur une très courte période : soit grâce à des parcs de clôtures mobiles, soit par garde. Dans ce cas, la garde est effectuée sans clôtures sauf pour les parcs de nuit.
Toutes les zones pâturées sont engagées dans des Mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) dans le cadre du Projet agro-environnementaux et climatiques (PAEC) « Pelouses calcicoles de la côte chalonnaise » porté par l’animation Natura 2000. L’évolution des pelouses se fait par suivi-photo et par des suivis
de papillons (Chrono ventaires) et de la flore.
Un volet éducation est mis en place avec des animations grand public et un projet pédagogique avec les écoles est en cours de réflexion. Certains événements sont également porteurs pour la communication (exemple : transhumance dans le centre-ville de Saint-Gengoux-le-National-le-National).

RÉSULTATS/IMPACT POUR LA BIODIVERSITÉ
On constate aujourd’hui un retour ou un maintien des espèces de pelouses calcaires et pelouses à Orpins sur dalle. Il y a notamment deux espèces de plantes protégées en Bourgogne : le Micrope droit (Bombycilaena erecta) et l’Inule des Montagnes (Inula montana) qui sont présentes sur ces sites et préservées. L’Hermite (Chazara briseis) classé « en danger critique d’extinction » est également présent sur le Mont Péjus qui jouxte le Mont
Saint-Roch. La restauration pourrait ainsi aider au maintien de cette plante en Bourgogne-Franche-Comté : c’est aujourd’hui la dernière station où on peut la trouver dans la région. De plus, de nombreuses espèces animales (Lézard vert, Alouette lulu, Circaète Jean-le-Blanc pour les terrains de chasse…) sont favorisées par l’entretien du milieu ouvert. Enfin, un maintien de la trame de pelouses bourguignonnes (la côte chalonnaise connecte la côte mâconnaise et la côte de Beaune) est assuré pour permettre la mobilité des espèces face aux futurs changements climatiques.


Contact :
Gaëlle POIREL, chargée d’animation Natura 2000
aninat2000.p3c@ccscc.fr
03 85 45 82 97

Pour en savoir plus :
http://pelousescalcaires-cotechalonnaise.n2000.fr/