Le corridor écologique de la plaine des Pijolins

2015
Aménagement du territoire : Démarches de planification en faveur de la biodiversité
Bourges (Cher)
Communes de 20001 à 100000 habitants

Organisme en charge de la mise en œuvre : Les travaux ont été réalisés par le service espaces verts de la ville en partenariat avec le service urbanisme. Une consultation a été réalisée pour l’acquisition des végétaux et ce sont les pépinières Robin qui ont été retenues.

Partenaires financiers et techniques : Financement ville de Bourges.

Dates de l’action : La phase d’étude s’est déroulée sur le premier semestre 2015 et la phase opérationnelle a débuté au cours du deuxième semestre.


 

OBJECTIFS

Longtemps restée à l’état brut, la plaine des Pijolins passe au vert avec la plantation d’un peu plus de 10 000 arbres afin de créer un corridor écologique. Le Grenelle de l’Environnement a conceptualisé l’idée en Trame verte et bleue au sein des Schémas Régionaux de Cohérence Ecologique. Ainsi, la Ville de Bourges a anticipé son application locale en créant cette connexion naturelle sur son territoire. Le principe est de créer des liaisons vertes en plein cœur du tissu urbain afin d’enrayer l’érosion de la biodiversité, rendre les fonctions de filtrations au sol et permettre aux arbres d’avoir un effet tampon sur le climat urbain.

 

MESURES MISES EN OEUVRE

Jusqu'à présent, la plaine des Pijolins, située à 15 minutes à pied du centre-ville, était en culture agricole pour la partie située la plus au nord et en prairie pour la zone sud.

Les élus sont à la genèse de ce projet avec comme engagement la création d'un puits de carbone. Ainsi un travail d'inventaire des réserves foncières a été entrepris afin de définir la zone la plus appropriée.

Après la partie étude, la première phase opérationnelle consista à préparer le sol par un labour puis un émiettement afin de favoriser la reprise future des végétaux. Le sol rencontré est de type argilo-calcaire parfois très superficiel avec un pH se rapprochant de 8.

La parcelle représente une surface de 6 ha avec une densité de 1750 plants/ha, soit environ 10 500 arbres au total, ce qui correspond à une augmentation de 43 % du patrimoine arboré urbain.

L’espace se différencie en trois zones, on trouvera une zone tampon de 10m en périphérie des habitations qui restera en herbe et sera fauchée trois à quatre fois par an, une lisière d’environ 20m plantée de végétaux à développement moyen (10-15m) comme du sureau, du prunellier et enfin au cœur on trouvera le manteau forestier composé d’essences à grand développement (20-30m) telles que les chênes et les charmes. Ainsi, 8 000 arbres composeront le manteau forestier et 2 500 la lisière.

Le choix des végétaux s’est fait en concertation avec l’ONF autour de trois axes : l’adaptation des essences aux conditions pédoclimatiques locales, l’évolution des espèces face aux changements climatiques et l’intérêt pour la faune locale. Ainsi, il a été choisi de planter peu d’espèces supposées peu résistantes aux évolutions du climat comme le hêtre et de favoriser des essences plus méridionales à fort potentiel comme le chêne vert ou le chêne pubescent.

Afin de favoriser la reprise, il a été choisi de mettre en place des végétaux conditionnés en godets endomycorhizés.

La plantation de cette zone périurbaine permettra de faire un lien avec les espaces verts environnants, les circulations piétonnes existantes, formées par le passage naturel des riverains, étant par ailleurs conservées.

Ce projet a été réalisé intégralement par les jardiniers municipaux. Deux écoles primaires ont participé a la plantation et un arbre remarquable a été planté dans le cadre de l’opération nationale « Un arbre pour le climat », labellisée COP21.

Budget de l’action :  30 000 € TTC.

 

RESULTATS

A l’heure actuelle, la phase préparatoire du travail du sol est achevée. Le sol se révèle être propre à la végétalisation.

Ce projet a fait partie des projets arbitrés par le Conseil Municipal comme étant prioritaire même dans le contexte difficile que rencontrent les collectivités territoriales.

 


 

Sébastien CARTIER, Adjoint au Maire délégué à l’Ecologie et au Développement durable, à l’Hygiène et à la Santé, ville de Bourges

Sebastien.cartier@ville-bourges.fr

02 48 57 80 00


Le corridor écologique de la plaine des Pijolins | Capitales Françaises de la Biodiversité

Erreur

Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.