Création d'une mare pédagogique

2018
Biodiversité et citoyenneté
Ingré
Communes de 2000 à 20000 habitants

Organisme/institution en charge de la mise en œuvre : la ville d’Ingré
Services de la collectivité associés : Direction générale ; Service jeunesse (éducation à l’environnement) et groupe de travail développement durable.
Budget : 3 900 €
Partenaires financiers : Métropole Orléans-Val de Loire
Partenaires techniques : Loiret Nature Environnement (LNE) ; Métropole Orléans-Val de Loire
Date de début du projet : 01/01/2017
Date de fin : 01/01/2019


OBJECTIFS
Ville périurbaine et rurale, Ingré a vu disparaître au cours du dernier siècle la quasi-totalité des mares présentes dans les fermes et sur les terres agricoles de son territoire. Le remembrement, l’intensification des pratiques agricoles et le développement des infrastructures urbaines sont les principales causes de leur disparition. Microhabitats habritant de nombreuses espèces et éléments de régulation des écoulements, les mares sont aussi un maillon essentiel des continuités écologiques entre les milieux humides de Beauce et de Forêt d’Orléans. La restauration de ces milieux est l’un des projets à long terme mené par la ville d’Ingré.

MESURES MISES EN ŒUVRE
L’inventaire de biodiversité communal a été complété en 2016 par un recensement des mares présentes sur le territoire. Cet inventaire a été le point de départ avant que la ville ne lance un programme de restauration de mares sur les terrains privées et publiques (toujours en cours) et de restauration du bassin de l’Azin. Ces actions ont été couplées avec une réflexion globale sur la gestion alternative des eaux pluviales à l’échelle du territoire et la création de noues dans les nouvelles zones d’aménagement. Afin de sensibiliser et de mobiliser les habitants sur son programme d’action, la collectivité a souhaité mettre en place une mare pédagogique dont les étapes de création étaient :

  • identification de la zone la plus appropriée pour l’implantation d’une mare pédagogique : enceinte du parc de Bel Air, à proximité du centre de loisirs ;
  • création de la mare et installation des éléments nécessaires (feutre géotextile, bâche d’étanchéité, éléments de clôture…) avec les services techniques communaux et métropolitains ;
  • installation de petits murets de pierres sèches, de tas de bois morts sur les espaces alentours ;
  • mise en place de crapauducs pour connecter le bois à proximité et le plan d’eau du Parc de Bel Air.

La végétalisation de la mare se fera de façon naturelle en laissant la végétation spontanée s’installer. Une gestion différenciée des zones enherbées (fauche tardive, maintien de bandes non-fauchées le long des haies…) sera mise en place.

Une fois la création de mare terminée la collectivité, en concertation  avec  les  citoyens mettra en place :

  • des panneaux d’information et de sensibilisation expliquant la démarche et l’intérêt écologique des mares et des aménagements réalisés, décrivant les espèces observées sur le site et rappelant l’utilité d’effectuer des suivis écologiques ;
  • des inventaires participatifs ;
  • des activités avec le Centre de loisirs et des sorties découvertes avec les écoles.

RÉSULTATS/IMPACT POUR LA BIODIVERSITÉ
Le programme d’action de restauration et de création d’une mare pédagogique a permis :

  • de sensibiliser et de mobiliser les citoyens, tout particulièrement les scolaires ;
  • de promouvoir les observatoires et inventaires participatifs ;
  • de découvrir 2 sites reconnus d’intérêt européen pour leur flore caractéristique ;
  • de créer de nouvelles zones refuges et d’améliorer les continuités écologiques.

La gestion de la mare pédagogique sera accompagnée d’un suivi écologique régulier et sa colonisation spontanée favorisera l’équilibre naturel de cette zone humide.


Contact :
Jérôme BEYLER, chargé de missions développement durable
dev.durable@ingre
beyler.j@ingre.fr
02 38 22 85 22