Contrat Territorial du bassin versant du SAGE de l’Elorn

2013
Biodiversité locale : gestion et suivi
Brest Métropole Océane (Finistère)
Intercommunalités
Lauréat des intercommunalités

Structure chargée de la mise en œuvre : Brest Métropole Océane en copilotage avec le  Syndicat de Bassin de l'Elorn

Partenaires : Le Syndicat de Bassin de l'Elorn, des partenaires institutionnels (Etat, Département, collectivités, chambres consulaires, comités professionnels...), et des partenaires associatifs (associations de consommateurs, de pêche, de protection de l'environnement...)

Budget : Environ 630 000 € pour Brest Métropole Océane en 2012 dont 420 000 € pour l'entretien et la restauration de cours d'eau et de zones humides sur son territoire

Dates de l’action : 2011-2013

Contact : Florence Sénéchal, Chargée de mission biodiversité – 02 98 33 52 67   florence.senechal (at) brest-metropole-oceane.fr


Le Contrat de bassin versant en cours est, dans la continuité des contrats successifs depuis le début des années 90, principalement axé sur la mise en œuvre du SAGE de l'Elorn, dont les objectifs principaux sont liés à l'amélioration de la qualité des eaux douces et marines (eutrophisation, contaminations fécales, pollutions accidentelles...), et à la protection et la gestion des espaces associés (cours d'eau, zones humides, littoral, maillage bocager...). Il sera poursuivi en 2014.

Il a notamment permis la réalisation d’un inventaire des zones humides du territoire, qui a été intégré aux documents d’urbanisme.

Pour les cours d’eau, les actions concernent l’entretien de la ripisylve afin de maintenir l’ouverture du cours d’eau, la restauration de cours d’eau et le rétablissement des continuités. Dans le cadre du contrat Territorial des milieux aquatiques de Brest Métropole Océane 2011-2015, sept opérations à réaliser sur les cours d’eau ont été identifiées. Ainsi, en 2012, 65 hectares de zones humides ont été travaillés et 15 km de ripisylve sont entretenus par an.

Un programme expérimental de gestion de la prolifération d’algues vertes dans la rade de Brest a été mis en place. Un partenariat a alors été monté avec un pêcheur pour le ramassage des algues vertes, qui sont valorisées pour l’alimentation animale.

Le contrat comporte également un volet de sensibilisation pour la limitation de l’usage de pesticides par le monde agricole, les collectivités et les particuliers (charte « jardiner au naturel » par exemple) ; mais aussi à la problématique des espèces invasives (en plus de la mise en place de mesures de gestion) et à la protection des milieux aquatiques.

Des actions sont également menées pour lutter contre l’eutrophisation des eaux (grâce à un programme agricole ou à l’amélioration de l’assainissement collectif ou individuel) et contre les pollutions (accidentelles et des eaux de baignade).

Enfin, Brest Métropole Océane apporte un soin à la gestion des prises d’eau potable assurant le respect des débits réservés, pour la vie aquatique, et la gestion alternative des eaux pluviales.

Grâce à la mise en place de ce panel d’actions, Brest Métropole Océane a pu constater une biodiversité urbaine accrue (insectes divers, petits animaux, espèces végétales et vie piscicole), la réduction continue de la contamination des eaux (par les sels nutritifs, pesticides, micropolluants…), des indicateurs en amélioration (notamment marins dans les zones proches des ports) et une meilleure connaissance des espèces et habitats qui a entrainé une meilleure prise en compte et protection de ces derniers.