Construction et suivi écologique d'une mare (lavogne) sur le Plateau

  • 2016
  • Biodiversité locale : gestion et suivi
Vitrolles (Bouches-du-Rhône)
  • Communes de 20001 à 100000 habitants

Organisme /institution en charge de la mise en œuvre : Ville de Vitrolles – LPO PACA

Services de la collectivité associés : Direction de l'Environnement et de l'Aménagement du Paysage –– Direction de la Communication

Budget : 23 000 €

Partenaires financiers : Fond de dotation ITANCIA des Bouches-du-Rhône

Partenaires techniques : ONF – Conservatoire du Littoral – Éleveurs – Société de chasse

Date de début du projet : Mai 2014

Date de fin : Fin des travaux en octobre 2014 - Suivi écologique en cours


 

OBJECTIFS

Dans les régions provençales où l’eau est rare en surface, l’homme a su tirer profit des lavognes destinées à recueillir les eaux de pluie pour permettre aux troupeaux de s'abreuver. Ces points d’eau sont de toute première importance pour la conservation de la biodiversité.

Les enjeux de conservation des massifs provençaux sont en effet majeurs et le pastoralisme extensif constitue un instrument très efficace de gestion des milieux.

La création de ce milieu humide autorisera à court terme la colonisation entre autres par les amphibiens dont les populations régressent dans les zones méditerranéennes.

La lavogne, de par sa situation géographique à seulement à deux kilomètres à pied du parking de Magenta, est très facilement accessible pour le public. Le sentier jusqu’à celle-ci traversant des habitats riches et variés.

Les principaux objectifs poursuivi par ce projet sont de :

  • créer de nouveaux sites de reproduction pour les amphibiens ;
  • créer un lieu de découverte et de sensibilisation à la biodiversité sur cet espace protégé et classé Natura 2000.

 

MESURES MISES EN ŒUVRE

Phase 1. Mise en place du pilotage

Un comité de pilotage regroupant les acteurs de l’action, la commune de Vitrolles, les éleveurs concernés, la société de chasse, la Ligue de Protection des Oiseaux, l’Office National des Forêts est mis en place.

 

Phase 2. Etude de faisabilité

Identification de la zone la plus appropriée pour construire la lavogne à partir de plusieurs critères : se situer sur un terrain communal dans une topographie favorable à la récupération naturelle des eaux de pluies avec un besoin en eau avéré, en lien avec des corridors écologiques et en cohérence avec le développement à plus long terme d’un réseau de points d’eau sur le territoire. C'est le vallon du Gourgoulousier sur le plateau de Vitrolles qui a été choisi pour implanter la lavogne.

Phase 3. La construction

Mise en place d'une dalle en pierre de 9 mètres de long sur 6 mètres de large et 70 centimètres de profondeur. Sa construction est prise en charge par une entreprise privée avec la participation des services techniques communaux.

Un débroussaillement du site et de ses alentours est également effectué pour faciliter la récupération d’eau de pluie et l’accès des troupeaux à la lavogne. La lavogne s'est remplie naturellement d'eau en 15 jours.

Phase 4. Suivi et animations

Un suivi écologique régulier entrepris par les experts naturalistes de la LPO, principalement les bénévoles du GREBE (Groupe Est Étang de Berre). Au moins une fois par semaine, une visite est effectuée de jour, de préférence en matinée. Un suivi nocturne est réalisé lors des périodes favorables à l’activité des amphibiens.

Le grand public est aussi amené à s'approprier le projet par des rendez-vous d'inventaires participatifs. Quatre rendez-vous « Mission lavogne » ont été fixés en 2014-2015. Depuis, une à deux sorties sont programmées par an.

Des sorties pédagogiques avec des classes de CM1 et CM2 sont organisées chaque année par l'animatrice de la LPO PACA.

Ce point « biodiversité » a été inscrit dans la carte de la biodiversité de Vitrolles.

 

RESULTATS

Une semaine après sa mise en eau, la lavogne était déjà colonisée par des petites punaises d’eau (les corises). Chaque visite du site a donné lieu à des observations d’insectes, en grande majorité des notonectes et dytique.

Le résultat le plus marquant est l'utilisation de la lavogne dès sa première année pour la reproduction des Crapauds calamites, menée à son terme au printemps 2015. Pélodyte ponctué, Crapaud épineux, Rainette méridionale et Grenouille rieuse ont été contactés en déplacement aux alentours mais sans constat de reproduction.

Quatre espèces d'odonates ont été contactées sur le secteur de la lavogne. Le Sympétrum strié et le Leste vert ont pu être régulièrement vus en train de pondre dans la lavogne ou en bordure.

Quatorze espèces de Papillons de jour ont été contactées sur le secteur.

Les observations d’oiseaux sont à diviser en quatre catégories : les nicheurs sédentaires (dont les patrimoniaux Pie-grièche méridionale, Fauvette pitchou, Alouette lulu) résidant toute l’année à proximité du site, les nicheurs plus éloignés et qui viennent se nourrir près du site, les oiseaux en migration ou en étape migratoire (dont le patrimonial Circaète Jean-le-blanc), les oiseaux hivernants. Au total 23 espèces ont été contactées sur le secteur de la lavogne. La présence de nombreuses empreintes en bord de lavogne atteste de l’utilisation de ce point d’eau par les oiseaux.

 


Pour en savoir plus :

Aurélie JOHANET, Chargée de programmes Biodiversité LPO Bouches-du-Rhône

aurelie.johanet@lpo.fr

06 18 87 15 64